Ain: du gaz 100% renouvelable alimente les foyers bressans

La société CHAND’ENERGIES, portée par deux associés agriculteurs, basée à Vandeins dans l’Ain, injecte du gaz vert produit localement sur le réseau de gaz exploité par GRDF depuis le 12 Janvier 2020.

Ce projet, le 2ème du département de l’Ain, devrait produire plus de 9,6 millions de kilowattheures/an de gaz renouvelable, soit l’équivalent de la consommation annuelle de 2 400 logements neufs chauffés au gaz ou 38 bus roulant au gaz.

Ce site de méthanisation est issu d’un projet collectif qui permet de valoriser les déchets organiques de plusieurs exploitations agricoles (en culture ou en élevage) et générera, à terme, la création d’1 emploi local.

Ce projet a été accompagné par la coopérative agricole, ainsi que par la Région Auvergne-Rhône-Alpes qui a participé au financement du site.  

La construction de 5 kilomètres de réseau de gaz par GRDF a permis de raccorder le site de méthanisation agricole de CHAND’ENERGIES. Via ce réseau, le site alimente en gaz 100% renouvelable, les 6 communes de Viriat, Bourg-en-Bresse, Saint -Denis-les-Bourg, Buellas, Saint-Rémy et Péronnas.

Le biométhane et ses avantages

C’est un gaz « vert » 100% renouvelable. Ici il est produit localement à Vandeins, à partir de résidus agricoles et d’effluents d’élevage (lisier, fumier…). Il a les mêmes caractéristiques que le gaz naturel et peut donc être injecté dans les réseaux.

Tout comme le gaz naturel, il sert à chauffer, cuisiner mais peut aussi être utilisé sous forme de biocarburant alternatif (le BioGNV) pour alimenter des bus, cars, véhicules utilitaires légers ou encore les bennes à ordure.

Le gaz vert favorise le développement d’une agriculture durable et pérenne économiquement. La production de biogaz génère également un coproduit appelé digestat. Engrais organique naturel, il peut ainsi être épandu sur les terres agricoles en se substituant aux engrais minéraux d’origine fossile, ce qui renforce encore la démarche d’agro-agriculture conduite par les deux associés.

Cette démarche permet de réduire les émissions de gaz à effet de serre des exploitations et contribue ainsi à l’émergence de solutions locales dans le cadre des engagements de la France à lutter contre les dérèglements climatiques.

Comme ici dans le cas du méthaniseur de Vandeins, la filière du gaz renouvelable crée des emplois non-délocalisables directs. La filière méthanisation pourrait créer jusqu’à 53 000 emplois d’ici 2030.

La dynamique biométhane en région et en France

Dans la région Auvergne-Rhône-Alpes, c’est le 16ème site de méthanisation qui injecte dans le réseau de GRDF.

Fin Décembre 2020, on compte plus de 200 sites de méthanisations qui injectent du gaz vert dans les réseaux gaziers. GRDF est convaincu que le gaz vert a toute sa place dans la transition écologique. La Loi de Transition Énergétique pour la Croissance Verte (LTECV) fixe un objectif de 10% de gaz renouvelable dans les réseaux d’ici 2030. Au regard de la dynamique territoriale, GRDF estime qu’il est possible d’aller au-delà de ces 10%.

Guilhem ARMANET, Directeur Clients Territoires Sud-Est : « Ce méthaniseur de Vandeins montre que le biométhane est à la croisée des enjeux énergétiques, écologiques et économiques des territoires. Le biométhane est une solution efficace pour une énergie locale et propre. Nous, GRDF, sommes prêts à accompagner les territoires et le monde agricole dans le développement de leur potentiel de méthanisation »

Gilbert Precz

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Revenir en haut de page