LA DÉFORESTATION: Essai sur un problème planétaire

Un ouvrage détaille les solutions pour limiter la déforestation.

Le rôle des forêts dans le fonctionnement de l’écosystème Terre est essentiel.

Et pourtant, leur rythme de disparition s’intensifie. Quelles sont les causes et les conséquences de cette déforestation ?
Avec la naissance de l’agriculture, le nombre d’habitants a explosé. Pour faire face aux besoins alimentaires croissants, ainsi qu’à l’utilisation du bois pour divers usages, les forêts ont été défrichées ou surexploitées. Depuis l’Antiquité, puis jusqu’au XIXe siècle, le pourtour méditerranéen, le Moyen- Orient, l’Asie mineure, l’Asie, l’Europe de l’Ouest et à un degré moindre l’Amérique du Nord ont été déboisés.

Depuis la révolution agricole du XIXe siècle, la situation s’est inversée en Europe de l’Ouest et en Amérique du Nord, comme aujourd’hui en Chine et en Inde, où la forêt regagne du terrain. En revanche, à partir du début du XXe siècle, les besoins en bois mondiaux mettent en péril les forêts tropicales ou équatoriales. Actuellement, la principale menace réside dans la fourniture aux pays développés de denrées alimentaires ou à usage industriel (soja, huile de palme, caoutchouc, canne à sucre, etc.), ou encore d’agrocarburants dans l’optique de la transition énergétique.
L’auteur détaille les conséquences du déboisement sur le cycle de l’eau, le climat, les sols ou la biodiversité, et les solutions envisageables : conservation, protection, certification de la gestion forestière, développement et transmission des connaissances… Mais la solution n’est-elle pas entre les mains de tous et dans la conscience du rôle que nous pouvons jouer en adoptant un comportement plus raisonnable ?

L’auteur

FRANÇOIS LE TACON
est ingénieur agronome et ancien élève de l’École forestière de Nancy.

Il est directeur de recherches émérite à l’Institut national de la recherche pour l’agriculture, l’alimentation et l’environnement (INRAE).
Conseiller permanent à l’International Foundation for Science en foresterie et (agro-)foresterie pendant 25 ans, il a contribué à des recherches sur les arbres forestiers dans le monde entier et a été également chargé de mission pour les problèmes d’environnement en Mongolie-Intérieure (République populaire de Chine).

Gilbert Precz

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Revenir en haut de page